FANDOM


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir René Binet et Binet.

René Binet, né le 16 octobre 1913 à Darnétal, mort lors d'un accident de voiture le 16 octobre 1957 à Pontoise, est un militant politique français, passé du trotskisme au fascisme et au nazisme.

Biographie Modifier

Dans les années 1930, René Binet commence à militer aux Jeunesses communistes du Havre. Exclu en 1935, il s'oriente vers la IVe Internationale : il rejoint « La Commune » de Pierre Frank et Raymond Molinier, puis participe à la fondation du Parti communiste internationaliste (PCI) en mars 1936, dont il est élu membre du comité central. Il écrit également dans le journal trotskiste La Vérité, en compagnie de sa femme, Marie Binet. Membre de la CGT, il rejoint le Cercle syndicaliste « Lutte des classes » de Jean Bernier. René Binet animait avec une quinzaine de personnes la revue locale du PCI, Le Prolétaire du Havre. Lorsque le PCI est dissous en 1938 pour se fondre dans le Parti socialiste ouvrier et paysan de Marceau Pivert, Binet choisit de continuer sa revue, qui se rapproche du Parti ouvrier internationaliste.

En 1939, il est mobilisé pour la guerre. Arrêté par les Allemands en 1940, il devient « travailleur libre », rompt avec le trotskisme pour le fascisme, puis s'engage dans la division SS Charlemagne. Après la guerre, en 1946, il reprend Le Combattant européen de Marc Augier, crée le Parti républicain d'unité populaire (PRUP), regroupant quelques centaines de personnes, pour la plupart d'anciens trotskistes ou militants du PCF — dont Maurice Plais, ancien adjoint communiste à la mairie de Clamart —, pour fusionner en 1947 avec les Forces françaises révolutionnaires et devenir en 1948 le Mouvement socialiste d'unité française, interdit par le gouvernement en 1949. Il rejoint alors Jeune Nation des frères Sidos. Il anime parallèlement Le Nouveau Prométhée. En mai 1951, René Binet participe notamment avec Maurice Bardèche et d'autres fascistes européens réunis à Malmö à la création du Mouvement social européen (MSE). En septembre, il crée à Zurich avec Gaston-Armand Amaudruz un mouvement plus radical, le Nouvel ordre européen (NOE), expressément raciste, pan-européen, et prônant la décolonisation.

Trotskiste passé au néo-fascisme, René Binet, par delà ses entrainements dans les commandos para-militaires Saint-Ex, exècre dans le même élan le libéralisme américain selon lui « enjuivé » et la « barbarie bolchévique »[1].

Il dirigeait avec sa femme une petite maison d'édition parisienne, le « Comptoir national du Livre », et une entreprise immobilière, « Baticoop ». Il meurt d'un accident de voiture en 1957.

Ouvrages Modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Théorie du racisme : XVIIIe ‑ XXe siècle : 1789-1950, René Binet, activiste, l'auteur, 108, rue Ordener (Impr. Saint-Denis), 1950, ISBN{{{isbn}}}. Modèle:BNF
  • (collectif) L'Évolution, l'homme, la race, Paris, Comptoir national du livre, 1952
  • Socialisme national contre marxisme, Paris, Comptoir national du livre, 1953 ; rééd. Montréal-Lausanne, Éditions Celtiques, 1978 (préface de Gaston-Armand Amaudruz)
  • Contribution à une éthique raciste, Montréal-Lausanne, Éditions Celtiques, 1975 (préface de Gaston-Armand Amaudruz)

Sources Modifier

Notes et références Modifier

  1. Michel Winock Histoire de l'extrême droite en France Points/Histoire Seuil 1994 p.220
Erreur de script

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard