FANDOM


Le profit est une rémunération variable, incertaine mais espérée, du risque pris par le détenteur d'un capital investi. L’existence du profit permet de rémunérer le risque pris par le détenteur du capital. En règle générale, plus le risque est élevé, plus le capital sera rémunéré (c’est-à-dire plus le profit sera élevé). En revanche, l’investisseur aura un risque important de perdre tout ou partie de son capital.

On sépare les notions de profit et de profit économique : le profit représente la rémunération du capital investi et de l'entrepreneur, alors que le profit économique ne représente que le revenu de l’entrepreneur qui a créé l’entreprise ou le revenu supplémentaire des actionnaires (rémunération variable).

Approche classiqueModifier

L'approche classique, qu'elle soit libérale ou marxiste, ne distingue pas profit, bénéfice et plus-value.

Dans cette optique, la plus-value réalisée lors de la cession d'un bien ou d'un service est la différence entre le prix retiré de l'échange et l'ensemble des coûts entrepris pour l'élaboration de ce bien ou de ce service. Au contraire, la moins-value est la perte retirée d'une vente insuffisante pour couvrir les frais entrepris.

Le profit, lorsqu'il est réalisé, bénéficie alors au(x) propriétaire(s) du capital qui ont porté le risque du projet.

Par exemple, si :

  • tous les coûts qui m'ont été nécessaires à la production et la mise sur le marché d'une pomme s'élèvent à 0,5 euro
  • je trouve un acheteur me la payant 0,7 euro, mon profit (on peut dire aussi ma marge bénéficiaire) sera de 0,2 euro.
  • je paye 30% d'impôt sur ce bénéfice, il tombe à 0,14 euro.

Si par contre, je n'obtient que 0,4 euro sur le marché, je fais une perte de 0,1 euro.

Pour les économistes d'essence libérale, le profit représenterait une juste rémunération d'une part du sacrifice consenti par les épargnants en s'abstenant de consommer pour investir, et d'autre part du "risque" pris par les détenteurs du capital investi en espérant être rémunérés par des revenus futurs incertains. Ces deux actions, épargne et investissement, seraient la source essentielle d'accroissement général des richesses à partir du stade de la révolution industrielle.

Approche marxisteModifier

Selon Karl Marx, c'est le travail qui, seul, apporte une plus-value aux matières premières qui ont servi à produire le bien ou service vendu. En régime capitaliste, le capitaliste exploiterait le travailleur en empochant un profit pris sur le salaire versé. Avec ce profit, le capitaliste s'approprierait du "travail mort" (du capital), ce qui lui permettrait d'exploiter de plus en plus les fournisseurs de "travail vivant" (les travailleurs). Il en résulterait, selon Marx, une paupérisation relative du prolétariat (les travailleurs dépourvus de capital).

Encore aujourd'hui, les héritiers de Marx considèrent donc que tout profit est illégitime, et doit revenir aux salariés directement (par des augmentations de salaires) ou indirectement (par l'impôt, transformant le profit en une forme contrainte de solidarité à égard de ceux qui ne peuvent travailler).

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard