FANDOM


Fichier:Dessin Gofman.jpg

Patrick Gofman est un journaliste, écrivain et essayiste français né à Suresnes en 1949[1].

Biographie Modifier

Gofman a accompli son service militaire au 1er régiment de Spahis[2].

Il a fait ses premières armes politiques à l'Organisation communiste internationaliste, de laquelle il a été exclu (cet épisode est raconté dans Cœur de cuir) après avoir écrit le roman Les Blondes préfèrent les Cons[2] avec Pierre Marcelle, son camarade d'alors. Son pseudonyme dans l'organisation fut "Duchesne"[3]. Depuis, Gofman, non sans avoir auparavant commis quelques articles pour le quotidien L'Humanité, s'est rapproché du Front national (« Je soutiens le mouvement national dans sa totalité, pas seulement le FN… », précise P. Gofman[réf. nécessaire]) et a mis son talent polémiste au service de divers titres de la presse nationaliste, y défendant une vision antilibérale et antimondialiste. Cette vision l'a conduit à dénoncer vigoureusement l'« impérialisme yankee » et à prendre fait et cause pour la Serbie lors de la guerre du Kosovo (son nom fut même cité dans L'Hebdo parmi les « avocats cachés » de Slobodan Milošević).

Il était secrétaire de rédaction du Libre Journal de la France courtoise de Serge de Beketch, et assistait ce dernier sur Radio Courtoisie jusqu'en 2007. Au cours d'une émission sur cette radio, il expliqua que son grand-père, un Allemand de la Volga (son nom est la russification d'Hoffmann), fut officier (colonel) de liaison du général Piotr Wrangel quand celui de Serge de Beketch était aide de camp du général Dénikine. Exclu de Radio Courtoisie à la mort de Serge de Beketch par son nouveau responsable Henry de Lesquen, Patrick Gofman collabore épisodiquement à divers titres d'extrême droite, tels que Rivarol, L'Action française, Flash, Réfléchir & Agir, ou la revue Synthèse nationale.

Patrick Gofman fut par ailleurs secrétaire de la campagne victorieuse « Liberté pour Edouard Limonov », dont il s'est détaché depuis[4]. Selon Didier Daeninckx (journaliste engagé à gauche), ce polémiste atypique est un pilier du réseau « rouge-brun » national-bolchévique.

Citations Modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • « France, tu fais une morte plus belle que bien des vivantes, et tes derniers soldats, revenus de tout et de partout, ne se rendront jamais[5]. »
  • « […] la France vit, la France vivra. Libre. Avec ses vrais alliés, l’Allemagne et la Russie, elle remettra l’Amérique à sa place (d’arrière-cour de l’Europe) et elle renverra l’Islam dans ses sables. Leurs collaborateurs respectifs trouveront leur Sigmaringen, mais ce n’y sera pas la vie de château[6]. »
  • « Quand je suis à jeun (sic), je prends parfois conscience de la sagesse - et de la chance - que j’ai eues d’épouser une vierge élevée à N.-D. de Grâce de Passy. Naturellement, elle m’a rendu à peu près enragé, et complètement dépouillé avant de m’abandonner comme trop vieux et trop pauvre (et trop facho)[7]… »

Œuvres Modifier

  • Les Blondes préfèrent les cons, roman, en collaboration avec Pierre Marcelle, Éd. Des Autres, 1979.
  • Jean Dutourd, essai, Éditions du Rocher, 1994.
  • Cœur-de-Cuir, roman, Flammarion, 1998.
  • Le Cauchemar américain raconté à mon cheval, pamphlet, L'Âge d'Homme, 2000.
  • L'Affaire Limonov, dossier, Dualpha, 2003.
  • Bats ta femme tous les jours !, pamphlet, Librairie Nationale, 2004.
  • Diverses droites, recueil d'articles, Dualpha, 2005.
  • Hillary démasquée, pamphlet, Éditions Pardès, 2008.
  • Vengeances de femmes, anthologie, Équilatéral, 2009. 2e édition, très augmentée : Atelier Fol'Fer, 2011.
  • Dictionnaire des Emmerdeuses, Grancher, avril 2012.
  • Dernier amour, e-book Kindle, juillet 2012.
  • Le Trotskisme dégénéré, éditions Les Bouquins de Synthèse nationale, avril 2013.

Liens externes Modifier

Notes Modifier

  1. Le Libre Journal de Serge de Beketch, Radio Courtoisie, émission du 7 mars 2007
  2. 2,0 et 2,1 Patrick Gofman un cœur de cuir qui bat toujours !, Entrevue de Patrick Gofman par Eugène Krampon, Réfléchir & Agir, nº 30, automne 2008, p. 45
  3. Patrick Gofman un cœur de cuir qui bat toujours !, Entrevue de Patrick Gofman par Eugène Krampon, Réfléchir & Agir, nº 30, automne 2008, p. 43
  4. Libre Journal de la France Courtoise nº 406
  5. « Nativité dans ma tribu », Le Libre Journal de la France Courtoise, nº 282, 8 janvier 2003, p. 23
  6. « Ils s’enflamment pour une guerre étrangère », Le Libre Journal de la France Courtoise, nº 290, 2 avril 2003, p. 7
  7. « Bats ta femme tous les jours », Le Libre Journal de la France Courtoise, nº 289, 22 mars 2003, p. 23
Erreur de script

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard