FANDOM


Le Parti de gauche (PG) est un parti politique français classé à gauche, fondé le 1er février 2009. Lancé par les parlementaires Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez le 12 novembre 2008, après leur départ du Parti socialiste (PS) à la suite du congrès de Reims, le PG fédère des personnalités et des regroupements issus de traditions politiques diverses, et revendique une orientation socialiste, écologiste et républicaine. Allié au Parti communiste français, à Gauche unitaire et à six autres organisations de gauche et d'extrême-gauche dans le cadre du Front de gauche, le Parti de gauche entend fédérer l'ensemble des sensibilités de la gauche antilibérale — qu'il nomme aussi « l'autre gauche » — au sein d'une même alliance, afin de mobiliser les Français dans le cadre du mouvement social et des élections pour parvenir au pouvoir et impulser un changement de société.

Le PG est coprésidé depuis le congrès du Mans par Jean-Luc Mélenchon et Martine Billard. En juillet 2012, le Parti de gauche revendique plus de 12 000 adhérents. Son journal hebdomadaire À Gauche est envoyé à tous les adhérents mais aussi aux simples abonnés. Il est tiré à plus de 15 000 exemplaires par semaine.

StructuresModifier

L'adhésion au Parti de gauche est ouverte à toute personne qui n'est pas déjà membre d'un parti politique. Chaque adhérent est tenu de se tenir à jour de cotisation, cotisation proportionnelle à son niveau de revenus. Depuis 2010, il faut être adhérent depuis au moins deux mois pour prendre part aux votes et investitures internes. La cotisation d’élu correspond à 20 % des indemnités d’élu en plus de la cotisation normale.

Les adhérents du Parti de gauche se réunissent en « comités », chaque comité correspondant à une circonscription législative. Par souci pratique, certains comités regroupent plusieurs circonscriptions ou, à l'inverse, une partie seulement d'une circonscription. Chaque comité doit compter au moins cinq adhérents s'il veut prendre part aux activités décisionnelles du Parti de gauche. Le comité est tenu de se réunir au moins dix fois par an, et élit, au scrutin majoritaire plurinominal à un tour, un trésorier, deux cosecrétaires chargés de l'animation et deux correspondants à la coordination départementale toujours une femme et un homme dans un souci de parité.

Les comités peuvent se subdiviser en « cercles », comprenant entre cinq et neuf adhérents, sur la base du lieu d'habitation ou de travail. Chaque cercle élit un responsable, chargé d'organiser ses réunions et activités. Les responsables de cercle coordonnent entre eux et avec les cosecrétaires de comité leurs activités militantes. Tous les comités locaux d'un même département participent à une « coordination départementale ». La coordination départementale représente le Parti de gauche dans le département auprès des organisations politiques et syndicales avec lesquelles le PG interagit. Elle est composée de représentants de chaque comité et d'adhérents du départements élus, chargés de certaines tâches transversales (matériel, site Internet etc.). Chaque comité élit plusieurs représentants (deux minimum, plus selon le nombre de membres), à parité hommes/femmes. Les adhérents chargés des tâches transversales sont élus par l'ensemble des adhérents du département réunis en « assemblée générale ».

Lorsqu'une coordination départementale réunit plus de vingt membres, elle peut se doter d'un secrétariat élu en son sein. L'investiture des candidats du PG aux élections a lieu en assemblée générale départementale, ainsi que l'élection des membres du Conseil national. Dans tous les cas de figure, et ce quelle que soit l'instance concernée, les élections internes et investitures aux élections se font par vote à bulletin secret. Les votes sur des résolutions ou des textes politiques se font à main levée. Le PG revendiquait 6 000 adhérents en décembre 2009, et 8 000 en novembre 2010. Selon Martine Billard, le profil des adhérents du PG en 2010 est différent de celui qui existait à la fondation du Parti. Alors qu'il était initialement composé essentiellement d'anciens militants socialistes, les nouveaux militants du PG seraient plutôt des syndicalistes et des personnes n'ayant appartenu à aucune organisation politique depuis une à deux décennies. Le cap des 10 000 adhérents est atteint lors de la campagne des élections présidentielles de 2012. Là aussi, il s'agit bien souvent d'individus n'ayant appartenu à aucune formation politique. Lors du Conseil National du Parti de Gauche du 28 avril 2012, Martine Billard annonce que le parti compte plus de 11 000 adhérents.

CritiquesModifier

19 décembre 2012, Marc Dolez, député du Nord et cofondateur du PG avec Jean-Luc Mélenchon, décide de quitter le parti. Il explique sa décision en indiquant que Jean-Luc Mélenchon « concentre ses critiques sur l'exécutif de gauche au lieu de s'attaquer à la droite ». Il juge les propos de Jean-Luc Mélenchon comme trop centrés sur une critique du Parti socialiste. « Nos propositions sont rendues souvent inaudibles à cause de l'outrance du verbe […] Je ne crois pas à la thèse de deux gauches irréconciliables ni au mythe du recours […] Je ne me résoudrai jamais à considérer que le gouvernement va échouer et que nous serons là à ramasser les morceaux. Si la social-démocratie devait s'effondrer, je crains que ce ne soit au profit de la droite extrême. », déclare-t-il.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard