FANDOM


<p class="entete " style="background-color: #Erreur de script; color: #Erreur de script; border-color: #Erreur de script;">François Asselineau</p>

François Asselineau en 2011

<div class="hr " style="background-color: #Erreur de script;height: 1px;">
Naissance Erreur de script
France
Nationalité Drapeau : France Français
Pays de résidence France
Profession inspecteur général des finances
Formation
HEC Paris, ENA

<p class="navbar noprint bordered" style="border-color: #Erreur de script; border-width: 1px;">modifier Consultez la documentation du modèle</p></div> François Asselineau (né le 14 à Paris[1]) est une personnalité politique française. Il est inspecteur général des finances[2].

Fondateur du parti politique de l'Union populaire républicaine et candidat à l'élection présidentielle française de 2012[3], il propose notamment de sortir de l'Union européenne, de l'euro et de l'Otan.

Biographie Modifier

Diplômé d'HEC Paris et de l'ENA, il est directeur de cabinet de Charles Pasqua au Conseil général des Hauts-de-Seine de 2000 à 2004. Entre temps, François Asselineau est élu au conseil de Paris sous l'étiquette du Rassemblement pour la France et l'indépendance de l'Europe en 2001, il rejoindra le groupe de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) en 2004[4],[5].

Controverse avec « Wikipédia France » Modifier

François Asselineau dénonce le fait que, depuis plusieurs années, Wikipédia France refuse obstinément aux militants de son parti, l'Union populaire républicaine, le droit de créer une fiche sur leur président, en dépit de nombreuses publications médiatiques[6],[7], alors que dans un même temps l'encyclopédie accorde un article au Parti du plaisir, son principal concurrent politique[8].

Découvrant par là que l'encyclopédie contrevient à son slogan (« l'encyclopédie libre ») et écœuré par ce parti pris flagrant, François Asselineau tente de se plaindre solennellement au directeur de la publication de « Wikipédia France ».

N'ayant pas réussi à trouver le nom ni les coordonnées de ce dernier, François Asselineau, aidé de ses fidèles, prend à témoin les intellectuels (présents en grand nombre dans les réseaux sociaux…)[9] et les autres médias français de cette injustice dans le traitement de l'information.

Intérêt des autres médias Modifier

François ASSELINEAU poursuit ses conférences et interventions via le web et certaines radios. Il a également fait quelques interventions dans des émissions tel que BFM BUISINES et "Ce soir où jamais". Il continu d'être totalement ignoré des massmédias français.

Notes et références Modifier

  1. Fiche de François Asselineau sur le site du magazine Slate, consulté le 12 mars 2012
  2. [1]
  3. Alice Moreno, « Présidentielle: François Asselineau saisit le CSA en pure perte » sur Le Nouvel Observateur, 7 mars 2012
  4. Biographie de François Asselineau sur biographie.tv, consulté le 12 mars 2012
  5. Ça bouge à l'UMP sur Le Parisien, 31 décembre 2004
  6. Adolfo Ramirez, « François Asselineau de l'UPR : « Marine Le Pen est payée par la CIA pour me pomper ! » », Parano Magazine, lundi 26 novembre 2012
  7. Yovan Menkevick, « Les sectes politiques et leurs gourous : Soral, Asselineau, Chouard », reflets.info, 21 janvier 2013
  8. « Cindy montre ses seins dans la rue, c’est de la concurrence déloyale ! Notre président, lui, n’a peut-être pas de tels atouts physiques, mais au moins il sait faire une page Facebook. » (un militant UPR mécontent, témoignant à l’université d’été du parti, à l’occasion du reportage de France 2 sur Wikipédia, diffusé en novembre 2012).
  9. Remarques de François Asselineau et partisans

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard